La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Avatar de l’utilisateur
Manu93
Messages : 1030
Inscription : 08 févr. 2017 22:38
Prénom : Manu
Pays : France
Région : Île-de-France
Ville : Seine-Saint-Denis
Echelle : Ho
Contact :

La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Messagepar Manu93 » 01 avr. 2017 17:07

01 avril 2017

Chers amis, après avoir lu nombreux de vos fils, je me lance à mon tour dans mon premier post sur le forum.

Me relançant après quinze ans d'abstinence forcée, je souhaite partager mes réflexions et mes apprentissages à l'occasion de la construction de mon nouveau module (je redémarre à zéro). Comme le projet s'étalera sur plusieurs mois, la modération m'indiquera si elle préfère un fil long ou un fil fractionné, pour une lecture plus agréable selon vos habitudes. Je vous espère indulgents et j'accueillerai avec plaisir vos aimables et constructives observations.

Je vous souhaite une agréable lecture.

Réflexions initiales : Mes choix fondamentaux

Concevoir un réseau de modélisme ferroviaire nécessite une réflexion préalable approfondie. De cette étape incontournable dépend la réussite du projet, la maitrise de son budget et surtout évite des erreurs financièrement coûteuses et chronophages.

Ce billet n'a pas la prétention de survoler toutes les problématiques en détails, mais plus d'exposer les critères qui ont retenu mon attention pour dicter mes choix. Car il faut bien se rendre à l'évidence, notre passion devient vite dévorante et il va falloir trouver une succession de compromis pour obtenir un résultat pleinement satisfaisant.

I - Les choix fondamentaux

1° - L'environnement familial


En premier lieu, à défaut d'être célibataire, il va nous falloir recevoir l'assentiment de notre entourage familial. Ne serait-ce que pour définir un bon équilibre pour les critères qui vont suivre. Notre nouveau hobby doit en effet rester un temps de détente partagée et non être une source de conflits. Quelques histoires croustillantes pourraient illustrer ce dernier point.

Trois critères principaux vont influencer voire dicter nos objectifs : L'espace disponible, le budget fixé et le temps consacré à notre passion.

20170330_145956.jpg
Marklin 37167 loco digitalsound SNCF 050 TA 23


Photo 1 ci-dessus : La locomotive-tender 050 TA 23 (Reférence Marklin 37167) est l'exemple-même d'une petite locomotive qui convient à une petite surface. Cet engin digital sonorisé est particulièrement destiné aux services de manoeuvres grace à ses remarquables qualités de roulement. Source : letraindemanu sur Canalblog

2° - L'espace disponible

Par espace disponible, il faut entendre la surface occupée par le réseau lui-même bien-sûr. A celle-ci, il convient de prévoir une superficie destinée à la partie "atelier" et aux nombreux espaces de rangement (matériels, outils, revues,...). Ainsi, il apparait comme une évidence que les choix d'un modéliste propriétaire de son pavillon avec cave ou grenier differeront des critères d'un locataire en appartement.

De cette surface disponible va donc découler le choix de l'échelle de réduction et le type de matériel roulant qui pourra circuler sur le réseau en devenir, en sachant que plus on s'oriente sur du matériel contemporain et donc du matériel long comme le Paris-Moscou, plus il vous faudra de place. Même à l'échelle N au 1/160e, une belle gare moderne reste malgré tout gourmande en surface.

maxresdefault.jpg
Paris-Moscou en Gare de l'Est. Source ErebosSan on Youtube


Photo 2 ci-dessus : La BB 15021 en tête d'une rame Paris-Moscou au départ de Paris Gare de l'Est. Source : ErebosSan on Youtube - voir vidéo ci-après.

Je n'évoquerai ici que l'échelle que je pratique : Le Ho, au rapport de réduction 1/87e. C'est l'échelle la plus commercialisée et donc qui offre le plus grand choix tant en matériel roulant qu'en produits de décor. C'est aussi celle qui, à mon gout du moins, offre le plus de "présence", sauf à opter pour le O, au 1/43e bien plus gourmand en superficie.

Une petite surface n'est pourtant pas rédhibitoire et est même un atout pour un débutant. En optant pour du matériel court (loco tender, petit diésel, autorail, wagon à deux essieux,...) et en choisissant bien son thème (ligne à voie unique, annexe traction, zone industrielle,...) on peut concrétiser un bel écrin pour son parc roulant. Ce raisonnement est d'autant plus vrai pour les échelles O voire I.

Pour ma part, vivant en appartement d'un bailleur social, la surface étant contrainte, j'ai opté pour un réseau de type modulaire. Même si le premier module ne répond à aucune norme officielle - et elles sont nombreuses -, ce choix me permettra de vivre ma passion de longues années : Des coulisses amovibles représenteront l' "ailleurs" et pourront facilement être remplacées par des modules d'extensions par la suite.

3° - Le budget

Le modélisme ferroviaire est un hobby qui a un coùt. Comme beaucoup de loisirs d'ailleurs. Il convient de le définir avec sérieux dès la conception pour réussir l'aboutissement de son projet. Rien n'est plus décourageant en effet que de devoir suspendre l'avancement des travaux faute de crédits. Cette notion est toutefois à relativiser : Hormis le budget de démarrage (menuiserie, voie, alimentation, au moins une locomotive et quelques wagons), le développement du réseau va s'étaler sur plusieurs mois, voire plusieurs années.

Depuis l'avènement du "Digital", les matériels moteurs se voient dotés d'une électronique embarquée qui augmente le prix des modèles : La commande individualisée des locomotives, leur sonorisation et leurs paramétrages personnalisés offrent une nouvelle dimension dont il est dommage de se passer. Pour celui qui souhaite débuter dans ce domaine, il semble préférable de s'orienter d'emblée vers ce type d'alimentation "digitale" d'autant plus si la surface du réseau est petite. Cela sera sans doute moins onéreux que de convertir ultérieurement en "digital" des locomotives initialement en "analogique".

Pour limiter les frais de démarrage, rien n'empeche d'ailleurs de faire cohabiter un système "Digital" pour la conduite du matériel moteur et l' "analogique" pour la commande des accessoires (aiguillages, signaux, dételeurs, ...) que l'on pourra digitaliser par la suite si le besoin s'en fait sentir.

A noter que le coût n'est pas forcément proportionnel a l'échelle. En effet, le matériel à l'échelle N est presqu'aussi cher que du Ho.

Pour débuter à moindre frais, il y a sans doute lieu de s'orienter d'emblée vers un "coffret de départ" comprenant une centrale digitale d'entrée de gamme, une locomotive digitale (avec ou sans fonctions sonores selon le prix), quelques wagons et les premiers coupons de rails. Ces offres sont généralement plus attractives que l'achat au détail de tous ses composants. Chaque marque en propose pusieurs.

]
Roco-51267-zoom.jpg
Coffret de départ digital de marque Roco _ Source internet


Photo 3 ci-dessus : Un coffret de départ digital proposé par la marque Roco comprenant une locomotive diésel, trois wagons marchandises, une centrale z21 Start, une commande Multimaus et un ovale de voie. Source : internet

4° - Le temps

Le temps que vous pourrez consacrer à votre hobby nécessite d'être pris en compte puisqu'il peut, en partie du moins, compenser un budget contraint. En effet, les constructions personnelles du décor, en lieu et place des kits du commerce, amoindrissent les coùts mais sont plus chronophages. Nonobstant le fait que des batiments "faits maison" vous permettront de répondre à vos besoins en fonction de votre plan de voie et de votre thème, ils contribueront à donner une touche unique à votre réseau et surtout vous apporteront la satisfaction supplémentaire d'avoir acquis de nouvelles compétences.

Enfin, il vous faudra faire preuve d'imagination pour recourir le plus souvent au "système D" : Des matériaux naturels (sables, terres,...), des produits de récupération (bois, quincaillerie, produits du quotidien détournés de leur utilisation initiale,...), des matériels de seconde main (bourses d'échanges, internet,...) vous permettront de faire des économies tout en vous offrant promenades et sorties. Y compris en famille. Le temps et l'esprit de débrouillardise sont donc les alliés de votre trésorerie modéliste.

[Youtube]https://youtu.be/H5mJ6LVQwJo[/Youtube]


II - Réflexions complémentaires

5° - Notre passion doit rester avant tout un plaisir


Autant le dire de suite, il y a autant d'approches de notre hobby que de pratiquants... et certains de ces derniers sont parfois très sectaires. Il suffit de lire certains forums dédiés à notre passion pour vite s'en rendre compte au travers de commentaires parfois acerbes. Il y a donc lieu de ne jamais oublier un point primordial : notre hobby doit nous apporter du plaisir. Et c'est notre plaisir personnel qui prime, même si notre approche n'emporte pas l'adhésion unanime des autres : Chacun réalise son réseau selon ses goûts, ses "coups de cœurs", ses compétences et surtout... ses moyens financiers !

Fort heureusement, une majorité d'autres contributeurs saura nous apporter moults conseils précieux et nous évitera sans doute des erreurs graves de conséquences. Sachons donc prendre du recul face aux observations des autres contributeurs. Détournons nous des critiques manifestement hautaines et agressives pour nous concentrer sur les appréciations aimables et constructives qui nous permettront de progresser a notre rythme.

Les différents aspects de cette pratique vont nous obliger à aborder d'innombrables domaines de compétences. Et forcément, nous ne les maitrisons pas toutes, surtout au debut : La planification, la menuiserie, l'électricité, l'électronique, la construction des décors, la peinture, la patine, mais aussi l'histoire, la géographie... sont autant de facettes qu'il va nous falloir apprendre ou perfectionner. Elles ne s'improvisent pas, elles s'acquièrent.

C'est donc un hobby évolutif et notre pratique, qui peut nous accompagner tout au long d'une vie, va se modifier au fil des ans et de l'expérience que nous allons acquérir. Certains le surnomment le 10e Art. Et c'est un peu vrai puisque le modélisme ferroviaire consiste à édifier un monde matériel à partir d'idées immatérielles grâce à des techniques manuelles.

Ainsi, est-il préférable d'aborder cette pratique par fragmentation. Opter pour la construction de modules nous permettra de nous fixer des objectifs sur une surface réduite et par voie de conséquence un temps plus court - et donc moins décourageant - et de nous essayer à de nouvelles techniques. Une fois achevé, ce premier module pourra toujours être complété d'extensions.

Cette approche nous permet également d'envisager dès le départ la possibilité de déménager nos oeuvres : D'une pièce à l'autre de notre logement (en cas de modification de la composition familiale) ou d'un logement à un autre, à une époque ou les mutations professionnelles voire les "accidents de la vie" peuvent nous obliger à déménager. Car rien n'est plus désolant que de devoir détruire le fruit du travail de plusieurs années simplement parce que l'on n'a pas prévu dès le début l'option déménagement.

6° - Conducteur ou aiguilleur ?

Dans le premier cas, nous nous plaçons dans la position d'un machiniste qui conduit son engin moteur. Grâce à la conduite en digital, nous devons piloter notre machine et obéir aux ordres de la signalisation rencontrée, signalisation que nous aurons prescrite en fonction des itinéraires à suivre. C'est une approche ludique de notre hobby qui convient très bien à un modéliste disposant d'un petit parc roulant sur une faible surface. Une voie unique secondaire, une petite gare rurale ou une zone industrielle sont des thèmes de réseaux très prisés des modélistes aux superficies contraintes.

Dans le second cas, nous envoyons des trains sur un circuit dont le fonctionnement sera confié en grande partie à des automatismes - analogique, digital ou par PC. Mais cette option nécessite une place bien plus importante en plus de devoir posséder également un parc roulant plus conséquent. Il est certes très plaisant de pouvoir admirer le passage de belles rames en ligne à la condition toutefois de disposer d'une place suffisante. Le simple ovale de voie de 2m x 1m risque de vite nous décevoir, voire de nous dégoûter à jamais d'un hobby pourtant passionnant.

La troisième alternative est une combinaison des deux précédentes : Pendant que certains trains évoluent automatiquement sur une belle ligne de parade, nous pouvons nous concentrer sur des manoeuvres en gare marchandises ou au dépot. Cela va de soit, cette option ne nous sera accessible que lorsque nous auron déjà quelques années d'expérience, une surface suffisante et un parc roulant plus étoffé. Voilà de belles perspectives.

Vous l'aurez compris, le modélisme ferroviaire est un loisir créatif et surtout évolutif qui pourra vous accompagner tout au long de votre existence. Pour peu que vous sachiez trouver les compromis aux critères exposés, que vous vous fixiez des objectifs réalistes et réalisables, que vous procédiez par étapes, votre hobby vous apportera de nombreuses heures de satisfaction.

[Youtube]https://youtu.be/NfSmllN1_xY[/Youtube]

III - Mes premiers choix

Pour ma part, mes contraintes sont nombreuses :

- Pas de pièce dédiée à mon réseau qui devra être intégré dans le salon familial de mon logement social. Mon choix se porte donc sur un module de L 200 x l 50 cm, sous forme de "showcase", sorte de scène de théatre, qui devra être un élément décoratif valorisant la pièce ;

- Qui dit peu de place implique un plan de voies simple sur lesquelles je privilégierai les manoeuvres de trains courts (rames de 80 à 90 cm de long). L'exploitation du réseau sera possible grâce à deux coulisses latérales amovibles.

- Un budget particulièrement contraint : Avec une modeste pension d'invalidité, on arrive juste au seuil critique sans dommage pour le budget familial. Heureusement je dispose d'un petit pécule pour la mise de fond (centrale digitale, voie et aiguillages, une locomotive, quelques wagons,...). Ce budget serré devra être compensé par des constructions intégrales du décor.

- Le temps disponible sera mon atout. N'ayant plus d'activité professionnelle, je pourrai consacrer beaucoup de temps à mon hobby en particulier pour la partie décor. Ce temps disponible sera aussi mis à profit pour de longues lectures sur internet : L'expérience des autres me sera fort utile pour éviter des erreurs préjudiciables au budget.

Dans un prochain billet, je vous présenterai la démarche visant à créer ma propre compagnie ferroviaire.

Enfin, n'oubliez surtout pas que le modélisme est une école de patience. Chaque étape nécessite réflexion, étude et essais avant d'être validée puis concrétisée. Les échanges préalables avec d'autres modélistes plus expérimentés (forums, associations,...) vous seront d'une aide précieuse.
Dernière édition par Manu93 le 13 juin 2018 16:01, édité 3 fois.
Mon blog : http://letraindemanu.canalblog.com
Module Marklin Ho digital - MS2 - voie K
Le plaisir avant tout
Avatar de l’utilisateur
Flibust007
Messages : 2016
Inscription : 19 févr. 2013 00:00
Prénom : Pierre Emile
Pays : Belgique
Région : Francophone
Ville : Liège
Echelle : HO

Re: La Compagnie Industrielle et Commerciale (Marklin K digital)

Messagepar Flibust007 » 01 avr. 2017 18:30

Bienvenue, Manu.

Enfin, n'oubliez surtout pas que le modélisme est une école de patience. Chaque étape nécessite réflexion, étude et essais avant d'être validée puis concrétisée. Les échanges préalables avec d'autres modélistes plus expérimentés (forums, associations,...) vous seront d'une aide précieuse.

Gratias ago tibi magister
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Messages : 1030
Inscription : 08 févr. 2017 22:38
Prénom : Manu
Pays : France
Région : Île-de-France
Ville : Seine-Saint-Denis
Echelle : Ho
Contact :

Re: La Compagnie Industrielle et Commerciale (Marklin K digital)

Messagepar Manu93 » 01 avr. 2017 20:13

Flibust007 a écrit :Bienvenue, Manu.

Enfin, n'oubliez surtout pas que le modélisme est une école de patience. Chaque étape nécessite réflexion, étude et essais avant d'être validée puis concrétisée. Les échanges préalables avec d'autres modélistes plus expérimentés (forums, associations,...) vous seront d'une aide précieuse.

Gratias ago tibi magister


Je n'ai aucunement cette prétention. Il est vrai que mon premier post s'adresse avant tout a des débutants comme moi, mais ce texte s'inscrit dans une démarche de fond et sera complèté de l'avancement de mes travaux.

Merci de l'intérêt au sujet.
Mon blog : http://letraindemanu.canalblog.com
Module Marklin Ho digital - MS2 - voie K
Le plaisir avant tout
Avatar de l’utilisateur
oli 11.01
Messages : 2056
Inscription : 07 févr. 2012 00:00
Prénom : Olivier
Pays : Belgique
Région : Namur/Hainaut
Ville : Florennes
Echelle : Ho

Re: La Compagnie Industrielle et Commerciale (Marklin K digital)

Messagepar oli 11.01 » 01 avr. 2017 20:18

Enfin, n'oubliez surtout pas que le modélisme est une école de patience. Chaque étape nécessite réflexion, étude et essais avant d'être validée puis concrétisée. Les échanges préalables avec d'autres modélistes plus expérimentés (forums, associations,...) vous seront d'une aide précieuse.


C'est une vision des choses, mais c'est comme obtenir son permis et monter d'emblée dans une formule un.
De plus, à force de gamberger, ils sont nombreux ceux qui sont encore nulle part ou ont abandonné le hobby.
On fait d'abord dans la simplicité, pour voir si on tiendra sur la durée. Ensuite, si l'envie est réellement là, on complique et peaufine.

Ce n'est qu'un point de vue parmi d'autres, mais je suis attentif à l'évolution de votre projet.
Olivier

ImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Messages : 1030
Inscription : 08 févr. 2017 22:38
Prénom : Manu
Pays : France
Région : Île-de-France
Ville : Seine-Saint-Denis
Echelle : Ho
Contact :

Re: La Compagnie Industrielle et Commerciale (Marklin K digital)

Messagepar Manu93 » 01 avr. 2017 21:18

oli 11.01 a écrit :(...) De plus, à force de gamberger, ils sont nombreux ceux qui sont encore nulle part ou ont abandonné le hobby.
On fait d'abord dans la simplicité, pour voir si on tiendra sur la durée. Ensuite, si l'envie est réellement là, on complique et peaufine.

Ce n'est qu'un point de vue parmi d'autres, mais je suis attentif à l'évolution de votre projet.


Certes il faut savoir se lancer et avancer. Mais s'y j'avais pu bénéficier d'un accès internet au debut de ma première période de modélisme (1975-2002), sans doute aurais-je évité de me disperser, de commettre certaines erreurs et finalement de mieux canaliser mon enthousiasme. Un peu de réflexion préalable permet de mieux cerner ses objectifs et de planifier son travail.

Merci de ta visite.
Mon blog : http://letraindemanu.canalblog.com
Module Marklin Ho digital - MS2 - voie K
Le plaisir avant tout
Avatar de l’utilisateur
oli 11.01
Messages : 2056
Inscription : 07 févr. 2012 00:00
Prénom : Olivier
Pays : Belgique
Région : Namur/Hainaut
Ville : Florennes
Echelle : Ho

Re: La Compagnie Industrielle et Commerciale (Marklin K digital)

Messagepar oli 11.01 » 01 avr. 2017 22:14

Oups, c'est vrai que ma réflexion n'avait pas tenu compte d'un passé ferro-modéliste. Je comprends mieux. :oops: :oops: :oops:
Olivier

ImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Messages : 1030
Inscription : 08 févr. 2017 22:38
Prénom : Manu
Pays : France
Région : Île-de-France
Ville : Seine-Saint-Denis
Echelle : Ho
Contact :

Re: La Compagnie Industrielle et Commerciale (Marklin K digital)

Messagepar Manu93 » 01 avr. 2017 22:45

J'ai sans doute perdu un peu la main. C'est pourquoi je vous ai beaucoup lus sur ce forum avant de me relancer. Quelques semaines de réflexions m'ont permis de me fixer un projet pertinent, des objectifs réalistes et surtout un coté ludique , car je suis plus joueur que contemplatif. Et puis j'ai envie de me lancer dans des techniques que je ne pratiquais pas avant, avec matériaux dont j'avais entendu parler mais que j'hésitais a découvrir (les cartons, la pierre synthétique, le Dépron...)Il en est de même pour les peintures et patines.
Mon blog : http://letraindemanu.canalblog.com
Module Marklin Ho digital - MS2 - voie K
Le plaisir avant tout
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Messages : 1030
Inscription : 08 févr. 2017 22:38
Prénom : Manu
Pays : France
Région : Île-de-France
Ville : Seine-Saint-Denis
Echelle : Ho
Contact :

La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital (épisode 2)

Messagepar Manu93 » 03 avr. 2017 16:55

Episode 2 - Maintenant que j'ai défini la surface de mon module (200 x 50 cm) et l'échelle de réduction (Ho), il convient de choisir le type d'alimentation électrique.

Puisque je reprends à zéro après quinze ans de sommeil - je n'ai plus aucun matériel roulant -, je me retrouve confortablement face au choix du débutant. Je vais donc de ce pas fouiner sur internet pour m'enquérir des nouvelles technologies et m'imprégner des pratiques actuelles des autres modélistes. Un autre point retiendra mon attention : Le marché du modélisme puisqu'il aura un impact direct sur mon budget.

I - Le système 3 rails : Plus qu'un système, une philosophie

Alors que le système 2 rails courant continu prédomine historiquement auprès des modélistes français, j'ai pour ma part été élevé au "biberon" Märklin dès mon plus jeune âge. C'est en effet le 25 décembre 1975 - le Noël de mes dix ans - que mes parents m'ont offert mon premier réseau composé d'un coffret de départ de l'emblématique marque allemande réputée pour ses nombreuses qualités : Fiabilité technique, robustesse mécanique, caractère ludique et efficacité du service après-vente.

wagon couvert GRS-V feu fin convoi.png
Wagon couvert GRS-v de la DB. Marklin Start-UMP 4411


Photo 4 : Wagon couvert type Grs-v de la DB, doté d'origine d'un feu de fin de convoi. Référence Märklin Start-up 4411 acquise en 2017. Notez la visibilité inesthétique du frotteur sous le châssis permettant la captation du courant venant du 3eme rail. Source © letraindemanu

Alors que mes petits camarades rencontraient souvent des problèmes de captation de courant sur les zones d'aiguillages de leur réseau Jouef, mon parc traction franchissait quant à lui mes appareils de voie - voie M au début , puis voie K - sans faille, ce qui est appréciable sur des réseaux oú prédominent les manœuvres. Et le jeu ! De même pour le câblage qui, en 3 rails, est nettement simplifié, là encore sur les zones d'aiguillages. Enfin, on note aussi la puissance de traction des locomotives Märklin y compris dans de fortes rampes, la fiabilité des attelages - "Relex©" à l'époque -, l'adaptation aux courbes serrées de r36 cm, les attelages Télex© - dételage telecommandé -, les fuminènes, et fait très appréciable, quasiment jamais de panne. C'étaient des arguments de poids !

De 1975 à 2002, aucune de ma soixantaine de locomotives d'alors n'avait nécessité un retour en réparation. Tout au plus certaines étaient reparties chez mon détaillant en vue d'être digitalisées lorsque sont apparues les premières centrales "Control 80" et "Control 80f". A mon sens, la seule faiblesse technique de la marque était la fragilité de ses aiguillages en voie K, en particulier de la patte de ressort.

marklin_rail_courbe_electrique.jpg
Voie M Marklin


Photo 5 - Élément de voie Marklin M typique des années '70 : ballaste métallique et rail central sous forme de picots. Source internet


Finalement, les rares inconvénients concernant Märklin étaient essentiellement d'ordre esthétique :

- Le 3e rail, central, était assez visible. Et même si la voie K a un peu attenué cette problématique, nous étions loin des standards imposés par les lignes éditoriales des revues spécialisées de l'époque. Le "modélisme d'atmosphère" nous y était édicté comme une nouvelle norme incontournable à laquelle tous ceux qui n'y souscrivaient pas, par choix personnel ou par manque de moyen, étaient immédiatement relégués aux rangs des citoyens de seconde zone. Ou presque. Même si j'étais admiratif de ces belles réalisations - et leurs auteurs méritaient nos compliments, je reste convaincu que cette forme d'élitisme, en éludant l'aspect ludique de notre hobby, a découragé plus d'un pratiquant, et a de plus contribué - conjugué au contexte économique - au déclin de notre loisir.

- Esthétisme toujours, mais teinté cette fois d'un brin de chauvinisme, Märklin proposait peu de matériel typiquement français. Pour ceux qui comme moi étaient tentés par ce type de matériel, il fallait saisir les rares modèles du catalogue ou recourir aux compétences d'un détaillant pour transformer un modèle 2 rails en 3 rails. Mais qu'importe ! Il y avait beaucoup d'affect dans ma pratique et mes achats étaient souvent impulsés par des "coups de coeur". Alors je n'avais absolument aucun scrupule a faire circuler des rames hétéroclites où se mélangeaient époques et compagnies.

- Esthétisme enfin avec des locomotives un peu moins bien détaillées que la concurrence puisque la plupart des engins moteur Märklin étaient fabriqués en métal. N'étant pas un "compteur de rivets", cela ne m'a jamais contrarié : le bénéfice des nombreux autres avantages primait sur cet inconvénient.

II - Digital or ont Digital ?

Du digital, je n'ai connu que les centrales "Control 80" et "Control 80f". Les locomotives n'avaient alors que quatre fonctions : fanal, bruigage moteur, et selon le modèle, fumigène, Telex©, ou un son d'avertisseur. Bien qu'impactant sérieusement le budget, ces nouveautés technologiques offraient, au delà de la simplification du câblage, de nouvelles dimensions : paramétrages personnalisés - vitesse maximum, compensation de charge, accélération, décélération - et surtout le son, apportant une véritable "présence" supplémentaire. Un véritable bonheur.

Centrale digitale Marklin Contol 80f.jpg
Centrale digitale Märklin Control 80f
Centrale digitale Marklin Contol 80f.jpg (25.2 Kio) Consulté 5740 fois


Photo 6 - Une centrale digitale Märklin Control 80f - Source internet


Pour moi qui ne possède plus aucune locomotive et qui n'envisage pas d'acquerir un parc supérieur a une dizaine d'unités - contraintes budgétaires obligent -, une centrale digitale d'entrée de gamme se justifie pleinement. Cet investissement me permettra de profiter pleinement des plaisirs du digital et me simplifiera les câblages.

III - Et les prix dans tout cela ?


Lors de ma pratique précédente, il est évident que les engins moteur Märklin étaient plus chers que les produits de la concurrence. Mais la robustesse a un coût. Je me souviens d'un important dégât des eaux où plusieurs locomotives avaient pris l'eau. Après un bon séchage, toutes, sans exception, ont repris du service sans broncher. Alors, sans conteste, l'investissement était rentable. Les collectionneurs de la marque ne me contrediront sans doute pas.

Pour cette reprise, j'imaginais la persistence de tels écarts de prix. Et cela aurait sans aucun doute pu influencer mon choix définitif sur le systeme retenu.

Mais quelle ne fut pas ma surprise de constater que des locomotives a tender attelé - les machines les plus chères en général - de marque Jouef affichaient le même prix que des engins semblables Märklin. Delocalisations obligent, toutes les locomotives sont-elles sans doute construites dans les mêmes usines ?

Bref, le dernier critère qui aurait pu influencer mon choix n'a plus d'impact significatif. Le 3 Rails l'emporte haut la main face à son rival historique.

Pour ma reprise, ce sera donc du 3 Rails digital sur base Märklin.
Dernière édition par Manu93 le 07 avr. 2017 16:46, édité 2 fois.
Mon blog : http://letraindemanu.canalblog.com
Module Marklin Ho digital - MS2 - voie K
Le plaisir avant tout
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Messages : 1030
Inscription : 08 févr. 2017 22:38
Prénom : Manu
Pays : France
Région : Île-de-France
Ville : Seine-Saint-Denis
Echelle : Ho
Contact :

La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital (épisode 3)

Messagepar Manu93 » 05 avr. 2017 00:22

Épisode 3 - Le principe d'un réseau 3 Rails fonctionnant en commande numérique - Digital - ayant été retenu, il faut maintenant choisir la voie, en tant que structure physique sur laquelle vont circuler les convois.

Trois modèles de voie ont été proposés par Märklin : La voie C à ballast plastique intégré - la plus récente -, la voie K en plastique mais sans ballast et la voie M à ballast métallique intégré.

Cette dernière n'est plus fabriquée et je ne l'évoquerai pas, même si on en trouve encore des coupons en bon état sur le marché de l'occasion. De même, je n'évoquerai pas plus les fabrications artisanales d'appareils de voie complexes produites en petites séries ou sur commande - Weihen-Walter par exemple. Leur prix ne permet pas de les classer dans des références destinées au grand public, mais les destine à des amateurs très exigeants.

Dans ma pratique antérieure - sur une période de 25 ans -, j'ai utilisé les trois types de voie, même si la voie K a prédominé.

rails marklin C K M.JPG
Rails Märklin K C et M. Source Wiki médias Commons


Photo 7 : rails Märklin. De gauche à droite : voie K, voie C et voie M. Source : Wiki médias Commons.

I - Mon cahier des charges actuel

- Code 100 : Même si je ne possède plus aucun matériel de mon ancien parc, ce qui laisse supposer l'achat de matériel neuf aux dernières normes compatibles avec de la voie C, je n'exclue pas d'acheter ultérieurement du matériel plus ancien sur le marché de l'occasion qui seront plus à l'aise sur de la voie K (hauteur des rails). Quelques références de mon ancienne collection me tenaient à coeur, et j'espère pouvoir en retrouver quelques unes en seconde main.

- Voie flexible : Elle permet de s'affranchir d'un certain nombre de coupons unitaires - donc plus économique - et facilite le traçage des courbes en s'affranchissant des rayons imposés par la gamme. Seule la gamme K propose cette voie flexible. ;

- Aiguillages élancés : ils existent dans les deux gammes. J'envisage actuellement de n'utiliser que ces aiguillages élancés, du moins sur les tronçons visibles pour d'évidentes raisons d'esthétisme, les autres aiguillages aux rayons plus serrés ayant un aspect trop irréaliste a mon goût. Néanmoins, ce choix a une conséquence immédiate puisqu'il rend très compliqué l'utilisation de locomotives autres que Märklin - y compris des locomotives proposées d'emblée en 3 Rails -, comme de nombreux modélistes l'ont rapporté sur les forums ;

- Ballastage : La voie K se ballaste classiquement. C'est une étape qui m'est connue, que j'apprécie et que je souhaite conserver. La voie C, quant à elle, est vendue avec un ballast intègré qui demande un travail très minutieux - traverses et ballast sont d'un seul bloc - si l'on souhaite lui donner un aspect réaliste. Il convient d'être toutefois très prudent lors du ballastage de la voie K, les aiguillages Marklin étant assez fragiles de part leur conception - patte de ressort -. C'est un problème connu que le fabriquant historique n'a jamais réglé.

- Moteurs d'aiguillages : Avantage indéniable de la voie C, on peut intégrer moteurs et décodeurs des aiguillages dans le ballast, ce qui est un atout esthétique. Un atout a relativiser puisqu'il semble plus prudent de conserver l'accessibilite dudit moteur par decoupe du support d'aiguillage. Quant à eux, les moteurs d'aiguillages de la voie K se fixent latéralement - ce qui oblige à les camoufler dans le décor - ou sous le plan de roulement par le dispositif ad-hoc, ce qui augmente les coûts. Je n'ai aucune experience de ce dispositif. A ce stade, je n'ai pas encore étudié la possibilité d'utiliser d'autres moteurs - à mouvement lent type Tortoise© - en raison de la technique-même des aiguillages Marklin qui diffèrent des modèles en 2 Rails - absence de traverse mobile. J'ai encore le temps de réfléchir à cette problématique, les aiquillages pouvant aisément être manoeuvrés a pied d'œuvre sur une si petite surface.

Voies Marklin K & C.png
Voies Märklin K et C. Source letraindemanu sur Canalblog


Photo 8 : Voie Märklin K (à gauche) et rail de transition K vers C. Source : © letraindemanu sur Canalblog

II -Le choix de la voie K

A la vue des avantages et défauts de chaque gamme, ma préférence se porte sur la voie K.

Sa norme est compatible avec plusieurs générations et marques de modèles. Sa voie flexible permet une personnalisation du plan et une économie sur ce budget. Sa gamme d'aiguillages élancés, bien que fragiles, apportera une note plus réaliste, même si leur implantation nécessitera plus de rigueur et de minutie.

La voie necessite d'être ballastée. Mais c'est une étape agréable qui permet de la personnaliser. Ce n'est donc pas une contrainte.

III - Et le coût ?

Si la pratique du modélisme est exacerbée par l'imaginaire, il faut savoir raison garder. Il est temps de faire le point sur le budget, puisque jusqu'à présent je n'ai encore rien depensé.

En me basant sur les tarifs affichés par un site allemand bien connu, le plan de voie prévu s'éleve en voie C (uniquement avec des coupons) à la hauteur de 250 euros, port non compris (il reste insignifiant pour une telle facture). Ce prix ne comprend que la voie, dont cinq aiguillages élancés, à l'exclusion des moteurs des aiguillages qui seront achetés plus tard. Aucun rail dételeur n'est prévu, là encore pour des raisons financières.

La voie K, pour un plan semblable en voie flexible et cinq aiguilles élancées, m'est facturée 187 euros port compris. Ce prix comprend également deux sets d'eclisses et de connecteurs de rail central spécifiquement nécessaires aux voies fléxibles.

Comparé à plusieurs sites français, le site allemand est bien plus attractif, tant en terme de prix que de délais de livraison annoncés.

Je vais donc commander ma voie K en Allemagne. C'est bien la première fois que j'achète "du train" en dehors de l'héxagone, de surcroît par internet.
Dernière édition par Manu93 le 07 avr. 2017 16:46, édité 2 fois.
Mon blog : http://letraindemanu.canalblog.com
Module Marklin Ho digital - MS2 - voie K
Le plaisir avant tout
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Messages : 1030
Inscription : 08 févr. 2017 22:38
Prénom : Manu
Pays : France
Région : Île-de-France
Ville : Seine-Saint-Denis
Echelle : Ho
Contact :

La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital (épisode 4)

Messagepar Manu93 » 06 avr. 2017 15:58

06 avril 2017

Thème industriel : "La rue de Suède" revisitée

Épisode 4 - C'est le très réussi hors-série n°48 de la publication Loco-Revue qui m'a inspiré pour ce premier module. Sous la plume de Yann Baude, il y est décrit en vingt étapes la construction d'un petit "show-case" à la thématique industrielle qui va me servir de base de travail.

Il y a quelques années, le Club ferroviaire de Sedan avait marqué les esprits de la communauté modéliste avec leur splendide et originale réalisation modulaire intitulée "La zone". Le projet "Rue de Suède" s'inscrit dans l'esprit similaire d'une ligne de desserte d'embranchements industriels.

Il serait fort présomptueux de ma part de vouloir copier cet auteur talentueux. Son exposé va toutefois me guider dans la concrétisation de mon projet. Après quinze ans de sommeil de mon hobby, il faut me réapproprier les techniques de base, découvrir les nouvelles pratiques et me lancer de nouveaux défis.

I - Augmentation de la surface

"La rue de Suède" originale est établie sur une surface de 150 x 40 cm. Son fond de décor incurvé, tout comme sa façade d'ailleurs, forme une petite prohéminence vers l'arrière qui augmente la largeur de quelques centimètres.

Extrait HS48 Loco revue.png
Extrait HS48 Loco-Revue


Photo 9 : Le module original "Rue de Suède" réalisé par Yann Baude. Image extraite du HS n°48 de la publication Loco-Revue.

Même si le trafic principal envisagé sera essentiellement marchandise à base de wagons à essieux, je n'exclue pas des wagons plus modernes à bogies, y compris des voitures voyageurs. Je souhaite donc disposer d'une voie principale et d'une voie d'evitement plus longues capables d'accueillir des rames de 100 cm sans engager le gabarit. Je désire par ailleurs utiliser des aiguillages dits "élancés" Märklin, plus gourmands en longueur mais plus proches de la géométrie des aiguillages Peco utilisés sur le module de Yann Baude. Je porte donc les dimensions de mon "show-case" à 200 x 50 cm. Cela me permet d'allonger les embranchements où un nombre de wagons plus important pourra y être stationné à la vue du spectateur.

Ainsi composé, mon module permet le développement de 590 cm de voies.

II - Pas de gare, mais une halte

Lorsqu'on construit un réseau miniature, la première idée venant à l'esprit est bien évidemment une gare avec un bâtiment voyageurs et une halle marchandise.

Dans le projet de Yann Baude il n'y a tout simplement aucune surface dédiée aux voyageurs. Ce que je trouve dommage puisque cela me prive de toute circulation dédiée et donc de quelques voitures, fussent-elles anciennes, sur mon module. Dès la conception, j'ai donc souhaité prévoir ce type de convoi. Qu'il s'agisse d'une desserte ouvrière ou d'une circulation à caractère historique, je justifierai leur arrêt dans ma zone par une simple halte.

III - Trois embranchements industriels

Tout comme le projet original, mon module comportera trois embranchements. Je conserverai la desserte d'entrepôts et sans doute le ferrailleur. Pour ce qui est de l'embranchement de droite, j'y envisage plutôt un marchand de charbon et de fuel. Je l'ai donc dedoublé. La voie du fond recevra les wagons citernes et la voie de devant sera destinée aux tombereaux. Ces premiers choix ne sont pas définitivement arrêtés et pourraient être modifiés au fur et à mesure de l'avancée des travaux.

IV - Découvrir de nouvelles matières

Dans ma pratique antérieure, je n'avais construit que des maquettes plastiques issues des catalogues de marques qui nous sont bien connues : Faller, Volmer, Pola, MKD, ...

Pour ce nouveau module, je souhaiterais m'essayer à de nouvelles matières - plâtre synthétique, cartons et bois,... - et pourquoi pas me lancer dans de la construction intégrale, même si cette dernière option m'inquiète un peu. Je n'ai aucune expérience et j'ai peur de me rater. Ceci dit, qui ne tente rien, n'a rien.

En attendant, il est temps de passer à l'étape de la construction du module.
Dernière édition par Manu93 le 07 avr. 2017 16:47, édité 1 fois.
Mon blog : http://letraindemanu.canalblog.com
Module Marklin Ho digital - MS2 - voie K
Le plaisir avant tout

Revenir vers « Présentation de vos réseaux »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités